Méthode Bates

La méthode Bates 1 est un dispositif controversé dont l'objectif est de perfectionner la vision par le biais d'un ensemble de pratiques qui sont supposées détendre les yeux.



Catégories :

Traitement en ophtalmologie - Médecine non conventionnelle

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • AUTRES REGARDS SUR LA MÉTHODE BATES. Il y a une cinquantaine d'années, ... elle intégra dans sa méthode de nombreux exercices pour perfectionner et développer... et une activation des groupes de muscles appropriés aux images visualisées.... (source : artdevoir.asso)
  • sur les grandes lignes qui relient la méthode Bates et le Yoga :... les muscles du visage, les épaules et le corps dans son ensemble, mais également, ... à travers des exercices et une prise de conscience dans l'action, l'impulsion du ... (source : yoga-des-yeux)
  • Ainsi l'yoga des yeux ou " méthode Bates " n'est ni une technique ni une... par des exercices, un bon fonctionnement des muscles oculaires et du dispositif... (source : arcadoptic)

La méthode Bates1 est un dispositif controversé dont l'objectif est de perfectionner la vision par le biais d'un ensemble de pratiques qui sont supposées détendre les yeux.

Le cœur de cette méthode repose sur un ensemble d'exercices que Bates qualifie de «relaxants» et de «mobiles»[1]. Le terme «exercice» doit être compris dans le sens d'exercices mentaux et non comme exercices conçus pour renforcer les muscles.

Comparatifs des diverses théories

Il y a plusieurs points de vue à propos des exercices pour traiter les problèmes de vue.

Les exercices de la méthode Bates

Cette méthode, exposée dans le livre Vision idéale sans lunettes, repose essentiellement sur une série d'exercices, tels que :

Principe

Bates estime que les yeux accommodent non pas par l'action des muscles ciliaires sur le cristallin, mais bien en variant l'allongement de l'œil par les muscles extraoculaires. Quoique les yeux de certains animaux se comportent ainsi, la biologie et la médecine modernes rejettent cette théorie pour l'humain.

La procédure habituelle de dilatation de l'œil pendant les examens oculaires confortent la position le plus souvent acceptée. Celle-ci se fait par le biais d'une solution liquide déposée à la surface de l'œil, laquelle détend provisoirement les muscles ciliaires. Dès ce moment, l'œil ne peut plus accommoder, quoiqu'il puisse pointer dans différentes directions, ce qui démontre que la solution n'affecte pas les muscles extraoculaires. Si la théorie de Bates était correcte, alors l'accommodation serait faite. Les partisans de Bates maintiennent que la méthode fonctionne, peu importe qu'elle soit fondée sur une théorie non vérifiable.

Bates avait aussi remarqué d'importantes corrélations entre certains types de personnalités et des défauts visuels spécifiques :par exemple les myopes sont des gens qui ont été particulièrement anxieux, repliés sur eux-mêmes, avec une peur du monde extérieur et de l'avenir, peu de confiance en eux-mêmes. Les hypermétropes sont quant à eux des gens qui ont absorbés des valeurs extérieures a eux memes et qui se sont dissimulés, oubliés, n'ont pas voulu se voir tels qu'ils sont . Le monde extérieur primant sur leur individualité de manière écrasante, à l'inverse des myopes, repliés sur eux-mêmes.

Critiques

Martin Gardner 2 décrit le livre de Bates comme un «compendium fantaisiste de cas de guérison nettement exagérés, de conclusions non fondées et d'ignorance crasse de l'anatomie humaine.» Par contre, il estime que la méthode peut fonctionner sous certaines conditions, car elle augmente l'habileté des adeptes à interpréter ainsi qu'à extraire les informations qui proviennent des images floues.

Les critiques de la méthode concèdent que la majorité des exercices de la méthode sont sans danger, sauf si elle incite les adeptes qui souffrent de sérieux problèmes visuels à ne pas rapidement consulter les spécialistes pour obtenir le traitement approprié. (L'un des exercices originaux consistait à directement regarder le soleil, ce qui est particulièrement dangereux pour l'œil. La révision de son ouvrage, faite en 1940, indique plutôt de laisser le soleil éclairer les yeux fermés. )

Un des sujets portant à controverse est l'utilité des exercices pour traiter la myopie, et si le port de lunettes empire progressivement celle-ci.

Bates affirme que l'appréhension (ou l'anxiété, selon certains) cause la myopie. Il croyait que la vue idéale est la façon naturelle de fonctionner et que tout désordre visuel est le reflet de cette appréhension.

La contraction et la détente des muscles ciliaires autorise une personne d'accommoder les différents objets, qu'ils soient près ou loin. Les partisans de la méthode estiment que lire des ouvrages, regarder des écrans d'ordinateurs et observer d'autres objets qui sont près, affaiblissent les muscles ciliaires. Ils affirment que les divers exercices proposés peuvent renforcer ces muscles et que les lunettes sont une béquille. Ils font remarquer que la carte tibétaine de l'œil est un outil utilisé depuis longtemps pour maintenir les muscles oculaires en santé et que les techniques d'acupuncture.phpe.php" title="Acupression" class="mw-redirect">acupression sont utilisées pour perfectionner la vue et augmenter la circulation sanguine dans les yeux.

La principale objection à cet argument se base sur le fait que les muscles ciliaires se contractent pour accommoder sur les objets proches et se détendent pour accommoder les objets au loin. C'est l'accommodation de près qui fait travailler ces muscles. Donc, des muscles ciliaires (muscle de Brücke et muscle Rouget-Müller) faibles causeraient l'hypermétropie et non la myopie. Les lentilles cornéennes négatives utilisées pour corriger la myopie incitent les muscles de l'œil à travailler plus fort qu'à l'habituel et devraient, en conséquence, renforcer ceux-ci. Les muscles ciliaires se détendent quand l'œil accommode sur les objets lointains. L'accommodation s'appuie sur le cristallin et l'action élastique des ligaments de suspension. Il est complexe de concevoir comment le renforcissement des muscles ciliaires pourrait perfectionner la vision lointaine.

La méthode affirme que la myopie n'est pas causée par des muscles affaiblis, mais par une mauvaise utilisation de ceux-ci. Il semble que quand une personne myope accommode un objet lointain, les muscles oculaires ne sont plus détendus. Au contraire, ils sont tendus de la même façon que si l'œil regardait un objet de près. Le Dr Bates croyait qu'il est impossible de détendre consciemment les yeux dans ces conditions, ce qui l'a amené à développer cette méthode pour inciter à la détente de façon inconsciente.

Si la cause de la myopie est la tension continuelle des muscles oculaires, ciliaires ou extraoculaires, la théorie prône qu'il est envisageable de la guérir (ou, du moins, de perfectionner de façon notable la vue) en facilitant la détente consciente des muscles. Il est à remarquer que l'utilisation d'atropine facilite la détente de ces muscles, mais n'amène pas d'améliorations significatives à la vue.

L'intérêt croissant depuis quelques décennies pour la médecine alternative a ramené la méthode au centre de l'actualité. Certains estiment qu'un changement holistique de la personne perfectionnerait la vue mieux que tout exercice. D'autres méthodes d'entraînement visuel semblent donner de bons résultats.

Bibliographie

Liens externes

Références

  1. Site "Seeing"

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_Bates.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 24/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu