Huangdi Nei Jing

Le Huangdi Nei Jing ou Classique interne de l'empereur Jaune est le plus ancien ouvrage de médecine chinoise respectant les traditions.



Catégories :

Classique chinois - Ancien ouvrage médical - Médecine chinoise traditionnelle - Médecine traditionnelle - Médecine non conventionnelle

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • 1 message - 1 auteur - Dernier message : 1 juin 2005 Le Nei Jing (18 chapitres) comprend les Su Wen (Simples Questions, en 9 chapitres), discussion entre l'empereur Huang Di et son conseiller... (source : forum.sinofrance)

Le Huangdi Nei Jing (????) ou Classique interne de l'empereur Jaune est le plus ancien ouvrage de médecine chinoise respectant les traditions. Il se divise en deux parties : le Su Wen et le Ling Shu. L'ensemble des aspects de la médecine y sont abordés, avec leur traitement, et surtout le traitement par acupuncture. Il y est fait allusion à l'usage de poinçons de pierre qui auraient pu être utilisés avant la naissance des aiguilles en métal : «Mon désir est […] qu'on ne se serve plus des antiques poinçons de pierre». Cette méthode était nommée pienn tsiou[1].

Forme et origine mythique

La rédaction de l'ouvrage est attribuée au mythique empereur Jaune (Huangdi, XXVIIIe siècle av. J. -C. ) et se présente comme un dialogue entre l'empereur Jaune et son médecin et ministre Qi Bai.

«Moi qui suis le chef d'un grand peuple...
Et qui devrais par conséquent en percevoir des impôts,
Je constate avec affliction que je n'en perçois point,
Parce que mon peuple est malade.
Je veux qu'on cesse d'administrer des remèdes
Qui rendent mon peuple malade...
Pour n'employer à présent que des aiguilles de métal»
    — Nei Jing Su Wen, traduction Jacques-André Lavier, Pardès 1990, ISBN 2-86714-071-4

Datation

L'existence de cet empereur est mythique et on considère que l'ouvrage aurait pu être compilé durant la période couvrant les Royaumes combattants (-500 à -220) et la dynastie Han (-206).

Structure

Le Huangdi Nei Jing, comportait à l'origine dix-neuf chapitres et se subdivisait en deux parties : le Su Wen et le Traité d'acupuncture. Cette deuxième partie sera ultérieurement rebaptisée Ling Shu. Chamfrault présente une version due à Wang Bing[2] et son ouvrage se divise en deux : le Su Wen, en quatre-vingt-un chapitres, est suivi du Nei Jing, lui-même en quatre-vingt-un chapitres. Les chapitres 72, 73 et 74 du Su Wen sont manquants. Le chapitre 50 du Nei Jing, ne figurant ni dans le texte, ni dans la table des matières, est signalé portant la mention sans intérêt. On peut se demander pourquoi cette deuxième partie ne s'appelle pas Ling Shu.

Il signale une autre édition, disparue de Chine au XIIIe siècle, retrouvée au Japon, puis rééditée en Chine. Le compilateur Yang Shangshan) a fusionné le Su Wen et Ling Shu en un seul livre et le chapitre 7 est manquant. Lavier, hormis la version de Wang Bing, dont il précise la date (762), cite celle de Shenzong (1070, dynastie Song) qui semble correspondre à l'édition conservée au Japon dont parle Chamfrault, et celle de Li Nien-Wo, plus tardive (XVIe siècle, dynastie Ming). La traduction de Chamfrault ne divise pas l'œuvre en deux et comporte par conséquent une seule partie de quatre-vingt-un chapitres auxquels manquent les chapitres 72 et 73 (réputés perdus), mais pas le chapitre 7.

Les textes qui nous sont parvenus

Les textes qui nous sont parvenus sont celui de Wang Bing (762) et celui de Yang Shangshan, qui, disparu de Chine avait été conservée au Japon[3]. Lavier y rajoute celui de Li Nien-Wo, parue au XIVe siècle.

Le contenu

Tout au long de ces textes s'analysent les intrications de l'homme, microcosme, avec son environnement macrocosmique conformément à la conception taoïste. L'ouvrage étudie les dérèglements selon les saisons, les variations du teint, les subtilités des pouls, l'état des cinq organes, des cinq saveurs, des six énergies… Il précise le maniement de l'aiguille, et la pratique des moxas (technique de stimulation des points d'acupuncture par la chaleur), pour rétablir l'harmonie du haut avec le bas, de l'intérieur avec l'extérieur.

Comme le fait remarquer le père Larre[4], c'est un traité d'acupuncture spirituelle.

Notes

  1. Soulié de Morant, George : l'Acuponcture chinoise, Maloine 1972.
  2. Avant-propos d'Ung Kan San in Traité de médecine chinoise, A. Chamfrault et Ung Kang Sam, tome II, Coquemard, 1973.
  3. Avant-propos d'Ung Kan San in Traité de médecine chinoise, A. Chamfrault et Ung Kang Sam, tome II, Coquemard, 1973.
  4. Claude Larre, La voie du ciel - Huangdi, l'Empereur Jaune disait…, Desclée De Brouwer, 1990

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Huangdi_Nei_Jing.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 24/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu